Située dans les Corbières, aux portes de Narbonne, l'Abbaye de Fontfroide, fondée en 1093, rejoint l'ordre de Citeaux en 1145.
Elle doit probablement son nom (et celui des terres qui l'entourent) à la source d'eau froide (fons frigida) toute proche dans laquelle les moines puisaient leur eau.

Cette abbaye cistercienne reçut un immense patrimoine foncier et devint rapidement très pospère avec environ 30 000 hectares de terres s'étendant dans toute la région jusqu'en Catalogne.

Durant la croisade contre les albigeois, deux de ses abbés furent nommés légats par Innocent III (Pierre de Castelnau et Raoul ) et l'Abbaye combat le catharisme avec force.
Un autre moine sera également célèbre: Jacques Fournier deviendra le pape Benoit XII.

Suivra une période de déclin durant laquelle l'abbaye perdit de nombreux moines ainsi que des revenus importants.
Puis au XVIIIème siècle, nombre d'aménagements furent faits avant la période révolutionnaire et la réinstallation en 1858 d'une communauté cistercienne jusqu'en 1901 (loi contre les congrégations religieuses) année où l'abbaye fut abandonnée par les religieux.

Mis en vente en 1908, les bâtiments furent achetés par Gustave Fayet, amateur d'art, originaire de la région.
Durant 20 ans il mit son énergie et son argent dans la restauration de l'abbaye, aidé de son épouse et aujourd'hui c'est toujours la même famille qui possède l'abbaye et continue l'entretien sur les traces de leur ancêtre.

   

fontfroide fontfroide__2_

fontfroide__31_ En passant par la cour d'honneur, on accède en premier au réfectoire des Convers.
Les Convers étaient des membres de l'abbaye qui portaient l'habit, prononçaient les 3 voeux (obéissance, pauvreté et chasteté) et avaient en charge les travaux manuels et les affaires extérieures.
Contrairement aux moines, ils pouvaient donc sortir de l'enceinte de l'abbaye et avoir des rapports avec l'extérieur de celle-ci.
Durant la journée, jamais ils ne croisaient les moines et tout était fait dans l'abbaye pour que cela ne se produise pas.

fontfroide__5_ Le fectoire des Convers : outre les murs,le plafond et les fenêtres qui sont d'origines, beaucoup d'éléments sont dus à la restauration faite par G.Fayet (grille, cheminée, dalles au sol, lustre )

fontfroide__3_ fontfroide__4_ fontfroide__6_

fontfroide__26_ Le dortoir des Convers :  les convers couchaient sur des paillasses à support en bois alignées les une à côté des autres et séparées de petites parois ne permettant pas une très grande intimité (il fallait voir si l'autre respectait les voeux prononcés).
Ce dortoir pouvait accueillir jusqu'à 200 personnes et une partie de la pièce a servi également de grenier où les marchandises (céréales...) arrivaient par des ouvertures dans le mur et donnant sur l'extérieur.

fontfroide__27_ fontfroide__28_ Les vitraux de 4 ouvertures éclairant ce dortoir ont été crées, vers 1920, à partir de morceaux de vitraux détruits dans le nord-est  de la France durant la première guerre mondiale.

fontfroide__29_ La ruelle des Convers : ce long couloir marque la séparation entre le monde des convers et celui des moines.
A proximité se trouvent les cuisines situées à mi chemin entre le réfectoire des moines et celui des convers et le passage permettait aux convers de se rendre à l'église le dimanche sans avoir à traverser le cloitre.

fontfroide__30_ Le cellier permettant d'entreposer toutes les denrées nécessaires à la vie de la communauté.

   

Passons maintenant du côté des moines de choeur, c'est-à-dire là où vivaient les moines appartenant à l'abbaye et qui ne sortaient jamais (ou très exceptionnellement) de l'enceinte de cette abbaye.

fontfroide__8_

Le cloitre est le coeur même de l'abbaye.
Bati selon l'art roman, on y retrouve les colonnes et les chapiteaux avec un décor végétal, très simples et épurés représentant le dénuement proné par l'ordre des cistériens à ses débuts.

fontfroide__9_ fontfroide__10_ fontfroide__11_

fontfroide__12_

fontfroide__25_ La salle capitulaire : tous les matins, la communauté se retrouvait en totalité dans cette salle pour y lire un chapitre de la règle de St Benoit, le père abbé y donnait les ordres pour la journée et on y discutait ouvertement de tous les problèmes d'ordre spirituel ou non (c'était le seul endroit où l'on pouvait s'adresser directement la parole).

fontfroide__22_ L'église : commencée dés 1145 (avec l'affiliation à l'ordre de Citeaux), sa voute culmine à plus de 20m de hauteur.

fontfroide__16_ fontfroide__23_

Elle comporte de nombreuses chapelles dans les croisillons du transept où l'on pouvait faire dire des messes privées mais également 5 qui furent rajoutées plus tard sur un côté.
Parmi ces chapelles, la chapelle des défunts (venant d'être réouverte à la visite suite à la réfection des vitraux)
fontfroide__18_ fontfroide__20_ fontfroide__19_

Lorsque l'abbaye fut rachetée en 1908, il n'y avait plus de vitraux. Les fenêtres étaient béantes ou avaient été murées.
G.Fayet fit faire de nouveaux vitraux mais le maitre-verrier créa des vitraux colorés ne correspondant pas à la réalité historique puisque les églises cisterciennes comportaient des vitraux "en grisailles", austères qui ne pouvaient distraire les moines durant leur méditation.

fontfroide__13_ fontfroide__24_ fontfroide__14_

fontfroide__15_ fontfroide__21_ fontfroide__17_

fontfroide__32_ La roseraie : créée par l'épouse de G.Fayet, elle fut implantée où a subsisté pendant de longs siècles le cimetière de l'abbaye, lieu où furent enterrés plus de 2000 religieux (moines et convers) dont il reste peu de traces (les croix étant souvent en bois)

fontfroide__33_ fontfroide__34_