Peut-être allez vous penser
"du déja vu ces photos!!!!"
Mais tant pis ! Ceci est juste un hommage à nos ancêtres qui se sont battus pendant la Première Guerre.

                                  

                        

paulguerre1915a
Au centre TIERCELIN Paul mon arrière grand-père maternel....... je n'ai pas encore trouvé d'informations pour l'instant concernant son parcours pendant la première guerre mondiale (le microfilm concernant sa fiche matricule étant illisible)

                                                   

                                           

p_p_1934
Mon autre arrière grand-père maternel BERNARD Georges, blessé par balle dans le bras, le 8 septembre 1914 au cours de la Bataille de la Marne.

blessureBernard

jmo78eRI_2  jmo78eRI_3
(Extrait du JMO du 78eme RI pour la date à laquelle mon arrière grand-père a été blessé)

                            

                               

carte_guerre
Correspondance de mon arrière grand-mère paternelle à son beau-frère, ne sachant pas où se trouvait son époux pendant la guerre

                     

                                 

gabriel14_18   TIERCELIN Gabriel, frère de TIERCELIN Paul

                     

                              

louisfumat1
FUMAT Louis
En complément à mon article "Louis FUMAT militaire de carrière" voici les extraits du JMO du 129eme RI que j'ai pu rapprocher des dates que j'avais trouvée sur ses états de service

affectation_Fumat_129eRI_a
Il rejoindra le front et le 129e RI en décembre 1915

                             fumat_capitaine_129eRI
                             Louis sera nommé capitaine en décembre 1915

                                            129eRI_fumat_frise1  129eRI_fumat_frise2
                                            Louis sera fait prisonnier à Frise le 28 janvier 1916 

                                 

                                  

IMG_0956  Une de mes dernières lectures, peut-être une idée pour vous, pour se souvenir des nos ancêtres ayant participé à la Grande Guerre :

"A quoi peuvent songer trois soldats dans le petit matin glacial du 11 novembre 1918, à l'aube d'un armistice dont ils ne savent rien encore? ....L'ordre arrive enfin: le cessez-le-feu interviendra à 11 heures.... Encore quelques heures à tenir et la vie sera si belle. Cinq heures, une éternité, où leur destin va se jouer."