19 février 2008

Ambialet 1837

Toujours à la recherche des nos ancêtres du Tarn, voici ce que j'ai découvert sur la famille de Julie COUBES.

Cette ancêtre, née en 1812 à Ambialet, voit décéder plusieurs membres de sa famille en 1836-1837.

    02.11.1836 à Ambialet  CLERC Joseph son grand-père maternel décède à l'âge de 75 ans

    14.02.1837 à Ambialet AUGE Antoine son premier mari décède à l'âge de 35 ans

    24.05.1837 à Ambialet COUBES Jacques son père décède à l'âge de 50 ans

Mais également non loin de là, à Terre-Clapier (12km de Ambialet), CAPUS Marie décède le 27.01.1837.
Elle aurait du être la belle-mère de Julie qui épousera en seconde noce SOULIE Pierre en 1839.

Arbre_mixte_Coubes_Page_1

Peut-on dire que ces décès sont le fruit du hasard, sont dus à une maladie transmise dans la famille ou qu'il s'agissait d'une épidemie?
Je n'ai malheureusement rien trouvé dans les actes qui puissent faire pencher vers l'une ou l'autre des hypothèses.

   Hasard : c'est probable ! surtout concernant le décès du grand-père à 75 ans

   Maladie : à l'époque les familles vivaient souvent en cercles fermés, en petites communautés et les maladies pouvaient se transmettre beaucoup plus facilement et étaient rarement et difficilement soignées.

   Epidémie : on sait que le choléra a fait d'énormes ravages en France dés 1832. Etait-il dans le Tarn en 1836-1837 ?
Si on regarde le nombre de décès en 1837 à Ambialet, il s'élevait à 111 personnes. Comparativement, il y avait eu 92 décès en 1831 et 93 en 1846. Alors ????

Posté par MarieChristine31 à 08:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


16 février 2008

Remariage et Reconnaissance

En travaillant sur les Archives en ligne du Tarn, pour rechercher les actes de nos ancêtres tarnais, je suis "tombée" sur un cas me laissant un peu perplexe et interrogative.

*********

Marie CAPUS est née vers 1790 dans le Tarn (81) à Teillet.
En juin 1812, elle épouse un de nos ancêtres Marc Antoine SOULIE né vers 1787 à Villefranche (81).
Ils auront ensemble 2 enfants (1813 et 1815) mais malheureusement Marc décèdera en mars 1816.

Comme souvent en cas de veuvage, Marie va se remarier.
D'ordinaire (enfin le plus souvent), lorsqu'il y avait un remariage, celui-ci se faisait assez rapidement, surtout lorsque la veuve avait des enfants en bas âge (ce qui est le cas ici).
Or, dans le cas de Marie CAPUS le temps écoulé, entre le décés de son premier mari et son remariage, a été assez long.
En effet ce n'est qu'en juillet 1831 qu'elle épouse en seconde noce  Joseph ASSIE à Terre-Clapier (81).
15 ans ont passé entre les 2 évènements !
Mais en trouvant l'acte de mariage entre Marie CAPUS et Joseph ASSIE, je m'aperçois qu'il est noté en marge la reconnaissance de 3 enfants qu'ils ont eu en 1819, 1822 et 1827. Les prénoms et dates de naissance des enfants sont ensuite mentionnés dans l'acte lui-même, ce qui me permis d'aller rechercher ces actes.

mariageCapusAssi__2noce_1
mariageCapusAssi__2noce_2

En recherchant ces actes de naissance des 3 enfants, j'ai également trouvé la naissance d'un quatrième enfant, celui la né en 1832, aprés le mariage des parents.
Pour revenir aux actes de naissance des enfants, en y regardant de plus prés, je me suis aperçue que c'est Joseph ASSIE qui a fait lui même les déclarations de naissance (jusque là rien d'extraordinaire) mais que les parents étaient considérés comme époux !!!

Marie CAPUS et Joseph ASSIE ont eu ensemble 3 enfants hors mariage, tout en étant considérés comme mariés lors de la déclaration des naissances.
On peut se demander comment l'officier d'état civil pouvait les considérer comme époux? Pensait-il qu'ils l'étaient vraiment ? Dans les petits villages, tout se sait ! les gens devaient bien savoir qu'ils ne l'étaient pas !
Pourquoi ne se sont pas mariés plus tôt ? Marie ayant un fils de sa première union, y avait-il une histoire d'héritage ?

Autant de questions qui me laissent perplexes et pour lesquelles j'aimerais bien trouver une réponse !

Arbre_de_descendance_CAPUS

Posté par MarieChristine31 à 16:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 février 2008

Archives Familiales

J'ai pu récement avoir accés à quelques papiers de famille, conservés par une grand-tante qui a accepté gentillement de me les confier.

Une mine de renseignements à leur examen : j'ai pu retrouver de nombreux collatéraux de la famille, en savoir un peu plus sur les us et coutumes de l'époque ...

Vous en trouverez ci-dessous quelques exemples que j'ai essayé de vous retranscrire (en respectant la façon d'écrire et les fautes d'orthographe des originaux !), ce qui n'est pas totalement évident , vu l'ancienneté des papiers mais également(et surtout) à cause de mon manque de connaissance dans ce domaine.

Reconnaissance de dette de 1826

dette1826

aujourdhuit, cinq de janvier 1826

je soussigné et je declare devoir à jean fabre mon beau frère jeandre de guillaume dauni mon père et je luy doits la somme de cent frant qui ma prété et je luy promet les lui peyer a conter de ce jourdhuit dans un ans
fait dautre main et signét de la mienne

fait le cinq janvier en 1826

Contrat de Mariage de 1817

(seulement 2 pages sur 4 pour l'original)

contrat1817
L'an mil huit cent dix sept et le cinquième jour du mois de juin, aprés midy, dans la commune de reillaguet canton de payrac arrondissement de gourdon Departement du Lot, par devant moi joseph Escudié notaire Royal à la residence du dit Reillaguet soussigné, presents les temoints soussignés, ont été presents, jean fabre fils premier né cultivateur habitant de la présente commune de reillaguet, fils majeur et legitime de pierre fabre et de feue marie rouyé mariés assisté du dit fabre son père, d'une part, et jeanne vigié fille majeure et legitime de guillaume vigié et de marie cassaygne mariés, habitante aussi du dit lieu de reillaguet, assitée de ses dits pere et mere et de perrette juste épouse de jean vigié dit trouille, d'autre part; lesquelles parties ont reciproquement convenu et promis de se prendre en mariage et de le célébrer selon les lois à la première requisition de l'une d'elles à peine de tous depens, dommages et interets sous les conditions suivantes.................

contrat1817a

Partage Anticipé de 1835

(2 pages sur 4 pour l'original)

donation1835

donation1835a

Du cinq mars 1835, à reillaguet canton de payrac, departement du lot, pardevant nous arnaud Pierre lacroix, notaire royal, résidant à Calès dudit canton de payrac, assisté des témoins bas nommés, sont comparus, Marie Cassagne, veuve de Guillaume Vigié, cultivateur, jean Vigié, aussi cultivateur, et jeanne Vigié, épouse assistée et autorisée de jean fabre, encore cultivateur, lesdits jean et jeanne Vigié, enfants de ladite Cassagne, tous habitants du present lieu de reillaguet.
lesquelles parties nous ont exposé que ladite marie Cassagne, se trouvant tout a fait avancée en age et ne pouvant par conséquent se livrer en raison des infirmités qui l'accablent a l'administration du peu de bien qu'elle possede; voulant d'ailleurs prevenir toute discussion entre ses deux enfants aprés son décés en raison du partage de ce peu de bien, a par vertu des presents fait le partage anticipé, en leur faveur, ainsi qu'il suit:
lot de jean Vigié
.......................
lot pour jeanne Vigié, épouse fabre
......................
Cette donation est faite et expressement acceptée par ledit jean Vigié et ladite Epouse fabre, donataires, aux conditions suivantes:
que ladite jeanne Vigié, épouse fabre, sera tenue de nourrir, loger et soigner, tant en santé qu'en maladie ladite Cassagne, sa mère et ce pour tout le temps qu'elle vivra, sans que ledit jean participe en rien à aucun espèce de forme de cette nature....................

Acte de Vente de 1789

vente1789

vente1789a

L'an mil sept cens quatre vingt neuf et le vingt unieme jour du mois de mars a gourdon en quercy aprés midi pardevant moi notaire royal et temoins bas nommés; acte constitué en sa personne pierre lacombe laboureur habitant du bourg de Reilhiaguet, lequel de son bongré a fait vente pure et simple et delaissement perpétuel a jamais irrevocable en faveur de jean vigié aussi laboureur babitant du bourg de reilhiaguet ici present et acceptant, d'une quartonnée de terre labourable et en friche d'une plus grande contennence et qui sera fixée par des experts amiablement convenus...

Vente de Terres en l'an VIII

ventean8b ventean8

ventean8a
Le second germinal de l'an huit republicain aprés midy dans gourdon chef lieu de canton et arrondissement du departement du lot pardevant moy notaire public, et temoins soussignés a comparu le citoyen jean fabre proprietaire habitant de reliaguet lequel degré a fait et fait vente pure et simple et delaissement perpetuel a jamais irrevocable en faveur du citoyen guillaume vigié fils premier né à jean vigié proprietaire habitant aussi dudit reliaguet ici present et acceptant de deux terres situées dans la commune de reliaguet........

Posté par MarieChristine31 à 13:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]